Recherche

CARBURATEUR A CUVE TYPE DELL’ORTO

Le plus important sur un carburateur à cuve est le réglage du gicleur principal, celui-ci, en effet, entre en action de ¾ à pleine ouverture du carburateur. Il détermine donc les performances maximum du moteur. Il faut savoir que par temps chaud, le mélange a tendance à s’enrichir et qu’il convient de diminuer légèrement la taille du gicleur principal et inversement.

 

Moteur trop riche

A savoir, un gicleur principal trop gros, aura une tendance à faire brouter le moteur à haut  régime ; on reconnaît facilement ce phénomène car lorsqu’il se produit, pour obtenir de bonnes performances, il suffit de relâcher légèrement l’accélérateur, et le moteur reprend ses tours. La bougie d’un tel mélange aura une couleur noire. Le moteur démarrera très bien à froid, mais difficilement à chaud. Le moteur manque de puissance, il est mou vibre à l ‘accélération et fume noir.

 

Moteur trop pauvre

A l’inverse, un gicleur principal trop petit, rendrait la carburation trop pauvre, et à haut régime, il provoquerait des coupures franches, lors de violentes accélérations, il aura des ratés et des »pétarades » surtout à l’accélération, ( rappel : ce réglage est dangereux car il risque d’endommager gravement votre moteur.  serrage du moteur). La bougie d’un tel mélange aura une couleur blanche satinée, voire avec des traces jaunâtres.   

Si le gicleur du ralenti est trop petit, le moteur  aura des ratés et des " pétarades " en  décélération ou vers les bas régimes.

 

Le deuxième réglage possible est le réglage de l’aiguille qui influe sur la carburation de ¼ d’ouverture à ¾. Ce réglage est important pour les phases d’accélérations et les régimes transitoires du moteur. L’aiguille peut être plus ou moins conique ( faiblement conique pour les réglages progressifs et pour le cas contraire, cela indique une grande variation de richesse pour une faible levée d’aiguille). L’aiguille en plus de sa forme géométrique peut se situer à différents niveaux dans le carburateur, ce réglage est effectué suivant la position du clips qui maintient l’aiguille. A savoir que la carburation s’enrichit à mi-régime, lorsque l’on lève l’aiguille en positionnant le clips plus bas et inversement.

 

Le réglage de la vis de ralenti sert au moteur à ne pas caler lorsque l’utilisateur n’accélère plus. Le réglage du ralenti se fait toujours avec un moteur chaud, car un ralenti à froid est toujours supérieur.

Schéma des différentes  Phases de fonctionnement d’un carburateur Dell’Orto

 

Ce schéma représente la coupe de l'admission divisé selon les différentes phases de fonctionnement déterminées à l'ouverture du boisseau. Il est possible d'effectuer les réglages des différents éléments qui interviennent dans chacune des 4 phases de fonctionnement, cela permet la compréhension de votre carburateur.

Première Phase A :

C’est le fonctionnement du circuit de ralenti. Les réglages de ralenti s'effectuent suivant la vis de mélange ( vis d'air ) et la vis de boisseau.

Seconde Phase B :

C’est la phase de progression. C'est pour cette phase que s'effectue le choix du gicleur de ralenti et de la coupe en biais du boisseau, cette phase intervient sur la carburation jusqu'a la moitié de l'ouverture du boisseau.

Troisième Phase C :

C’est la phase d'ouverture, l'essence qui provient du circuit de ralenti et du circuit de progression est remplacée par les gaz provenant du circuit principal. La sélection du diffuseur et de l'aiguille conique intervient pour cette phase.

Quatrième Phase D :

Phase d'ouverture maximum. C'est la phase où tous les conduits et toutes les phases fonctionnent pleinement, la taille du gicleur principal est déterminante pour cette phase et pour la puissance maximum de votre moteur.

Il faut toujours essayer de trouver un réglage moyen avec chaque paramètre, les réglages extrêmes offrent rarement des performances homogènes.