Recherche

TECHNIQUE DE PILOTAGE

 

 

 

1er  chapitre LES BASES

  

Tout d’abord, une bonne position dans le baquet est primordiale, bien calé, les jambes pas trop tendues, les mains bien positionnées sur le volant, les pédaliers bien réglés, une grande concentration et une bonne maîtrise de soi.

Avant le départ, toujours jeter un coup d’œil sur le KART, pour vérifier en 1er le freinage à vide, ensuite le boulonnage de fixation (vérifier qu’il n’y a pas de jeu anormal sur les différents accessoires).

 

La première chose à maîtriser, c’est le freinage (car il faut savoir ralentir ou s’arrêter).

En effet, pour obtenir de bons chronos, il n’y a pas que l’accélérateur qui compte. (prévoir des cale- pieds pour ne pas glisser)

La mise en route faite dans les stands,  chauffer un peu le moteur, et la vérification générale exécutée, on peut prendre la piste, et ne pas oublier que les pneus sont froids.

Maitriser l’accélération par petits coups de pédale successifs, ensuite vérifier son freinage, chauffer les pneus doucement (en effet les pneus « slic «  ne donnent quasiment pas d’adhérence avant 2 à 3 tours)

Toujours utiliser le côté propre de la piste pour ne pas salir ses pneus (de plus c’est la bonne trajectoire)

 

 

2eme Chapitre PASSONS AUX CHOSES SERIEUSES

  

Le freinage est primordial, en effet, il faut freiner dans une bonne mesure, de manière à éviter trop de perte de vitesse, ( ou de bloquer  ou  un tout droit ou un tête à queue.) sur les 100cc3 seules les roues arrières freinent. Etre toujours à la limite du blocage (une roue bloquée ralentit moins ).

EN KART, il faut pouvoir réaccélerer très tôt dans le virage, pour prendre de l’adhérence et pour pouvoir bien préparer la suite du circuit.

       

         1- Freinage bien marqué sans blocage, puis légèrement relâché, accélération à doser suivant la courbe, le plus tôt possible ( ne pas oublier qu’une roue bloquée ne donne ni adhérence ni direction)

Le «  frein moteur «  est à bannir.

         2- Freinage en appui : l’avantage d’anticiper le placement du châssis en léger travers permet de ressortir un peu plus vite du virage : lorsque le châssis part en  travers, contre braquage léger tout en freinant légèrement, plonger à la corde et braquer pour finir le virage. Cette technique permet de gagner un peu de temps, mais il faut du temps pour la maîtriser correctement.

         3- Conseils : pour un train arrière qui échappe, il vaut mieux 2 à 3 petits « contre braquages »

qu’un seul grand, en effet, un grand coup de volant ralentit énormément le KART et celui –ci met du temps à remonter en régime.

 

Ne pas chercher à taper dans les trottoirs, les gains de temps sont si minimes par rapport aux dommages mécaniques.

Soyez concentré, regardez la piste droit devant vous, si vous êtes distrait d’un dixieme de seconde, votre KART va suivre votre regard, et vous allez sortir.

Une courbe prise trop à l’extérieur, est plus longue, donc vous allez perdre du temps.

Une courbe prise trop à l’intérieur, est effectivement plus courte, mais va ralentir votre KART, et vous allez perdre du temps et avoir du mal à le relancer

 

 

3eme chapitre : LES TRAJECTOIRES

 

C’est le tracé que va suivre votre KART, de l’entrée du virage jusqu'à sa sortie, (extérieur à l’entrée---intérieur en milieu de virage « point de corde »---extérieur en sortie) il est important d’aller très vite dans les lignes droites, et de bien positionner son KARTà l’approche des différentes courbes que nous allons décrire maintenant :

Nous allons décomposer celles ci en plusieurs catégories :

--La courbe : virage à grand  rayon, qui se prend à grande vitesse.

--Le virage : virage à faible rayon, qui demande un placement de châssis très précis et une vitesse inférieure.

--L’épingle : virage à très faible rayon, qui demande un placement de châssis encore plus précis et une vitesse encore plus réduite.

--L’enchaînement de virages

  

1—La courbe : il faut anticiper le virage, pour cela étant donné la vitesse élevée, on doit prendre en compte la force centrifuge qui va provoquer la dérive du châssis, (cette dérive est plus ou moins importante en fonction de l’adhérence de la piste) Ralentissez légèrement (rares sont les courbes que vous pouvez prendre à fond, mis à part « le pif paf » braquez légèrement et réaccélérez avant d’arriver au point de corde, lorsque vous êtes à l’approche du point de sortie, redressez pour être bien en ligne et pédale d’accélérateur à fond.

 

2—Le virage : il faut freiner très fort, le rayon du virage étant plus court, il faut aller chercher le point d’attaque de celui ci un peu plus loin. Braquez fermement à l’entrée, pour faire pivoter le châssis et le placer sur sa bonne trajectoire, réaccélérez à fond lorsque vous êtes à la corde, visez le point de sortie (vous devez avoir quasiment votre volant droit, si vous avez bien placé votre châssis) si c’est le cas vous avez gagné quelques dixièmes.

 

3—L’Épingle : Ayant un rayon très faible, il faudra engager votre KART plus loin dans le virage pour éviter d’être trop tôt au point de corde, lorsque vous êtes à ce point votre KART sera dans l’axe de la piste et vous pourrez accélérer à fond en redressant le volant pour éviter de partir en tête à queue.

 

4—Le double virage : Qu’il soit droite -gauche ou gauche-droite,  l’essentiel  est de se trouver le mieux positionné dans le deuxième virage, pour cela, il faut tenter de ne faire de ces deux virages qu’une seule courbe, donc, ne rentrez pas trop rapidement dans le premier, pour être bien placé au point de corde du second.

 

5—Virages successifs : Pratique identique au chapitre précédent, dans les cas d’un S ou d’une chicane

Ces conseils sont valables pour une piste sèche, mais le ciel n’étant pas toujours clément,  par piste humide, il faut allonger ses trajectoires, c’est à dire prendre plus les extérieurs, bien sûr, cela allonge  la distance à parcourir, mais diminue l’angle des virages et vous permet d’avoir un peu plus d’adhérence.

 

 

4 eme chapitre :  LA CONCENTRATION

 

Toujours garder son calme, même si un pilote vous dépasse, il ne faut pas chercher à le suivre de trop près, observez- le, c’est peut- être vous qui allez le dépasser quelques instants plus tard, soyez patient et concentré sur votre pilotage, gardez vos trajectoires repérées lors des essais, ainsi que vos repères de freinage. (freinage bien appuyé et dégressif, bon placement du KART et réaccélérez très tôt.

Ne soyez pas agressif vis à vis des autres pilotes : donc « Fair-play » dans tous les cas, vous en serez récompensé, mais il faut avoir de l’audace et le montrer aux autres pilotes lors des compétitions pour être devant.

 

 

5eme chapitre : LES DEPASSEMENTS

 

Evidemment le pilotage seul est déjà très grisant, mais lorsque vous rattrapez un KART, le dépasser est  déjà une petite victoire (bien sûr s’il est de même puissance).

Nous allons vous donner quelques modestes  indications de base, c’est à vous, à force d’entraînements et d’observations, que l’expérience acquise vous permettra de doubler en toute sécurité un autre pilote.

Vous ne devez en aucun cas toucher volontairement un KART adverse, cela fait partie de la déontologie et  les commissaires veillent, pour vous sanctionner.

Bien sûr, si le KART qui vous précède est moins rapide, en général vous pouvez le doubler en n’importe quel point du circuit, tout en prenant soin de vérifier qu’il vous a bien aperçu.

Pour dépasser un pilote qui tourne dans la même seconde au  tour que vous, cela va être plus compliqué, il va falloir exploiter, soit une petite erreur de sa part, due au fait que vous arrivez à sa hauteur, soit profiter en bout de ligne droite de déboîter et de lui voler la corde, mais attention  au virage suivant, d’avoir pu relancer correctement votre KART.

 

Le dépassement en deux temps :

Vous avez dans ce cas besoin de deux virages consécutifs. Après lui avoir volé la corde dans le premier, il faut sortir plus vite que lui, et   ne pas lui laisser la possibilité de se rabattre devant vous, afin de vous permettre de prendre la bonne trajectoire. Si vous vous trouvez à deux de front dans le deuxième virage, il ne vous reste que la solution de freiner plus tard, comme vous tenez la corde, il se trouve donc à l’extérieur du virage, la distance à parcourir étant plus grande, même si sa vitesse est un peu plus élevée, vous allez être légèrement devant  lui, il ne vous reste plus qu’à bien élargir votre sortie ce qui l’empêchera de réaccélérer avant vous.

 

Toutes les portions d’une piste ne se prêtent pas à un freinage retardé, seules les épingles et les virages très serrés vous permettent de déboîter et de vous infiltrer à l’intérieur, mais attention votre adversaire doit  s’apercevoir de votre manœuvre. S’il il ne vous a pas aperçu,  il va prendre sa trajectoire, et vous avez de grandes chances de vous heurter et de sortir l’un et l’autre.

En général,  les dépassements mal éffectués  sont la cause de la majorité des sorties de piste.

Il faut donc un bon sens de l’anticipation, une bonne gestion de sa trajectoire, une bonne maîtrise de son freinage et une bonne dose de témérité, être toujours à l’affût de la moindre ouverture.

Un dépassement proprement réussi est une satisfaction sans égale, apprécié des spectateurs et de vos sponsors.

Il ne faut pas s’enfermer dans la routine, partez du principe, que vous devez toujours améliorer votre chrono, soit dans la recherche d’une trajectoire meilleure, d’un freinage plus tardif, d’une ré-accélération plus franche, d’un peu plus d’audace et aussi d’améliorer le comportement de votre KART, pression des pneus, réglage de votre châssis, de votre moteur.

Prenez un peu de temps, consultez les chronos » les meilleurs », allez au bord de la piste et observez les évoluer pour repérer leurs trajectoires et leurs freinages.

 

Lors des compétitions,  ne vous laissez pas impressionner ou déconcentrer, lorsqu’un de vos adversaires  essaie de vous dépasser, ou si le pilote que vous venez de rattraper vous ferme la corde plusieurs fois de suite, montrez votre conviction et  allez prendre le dessus ! .

 

 

Tout cela, c’est de la théorie sur « papier », la meilleure expérience, c’est la piste,  alors à vous de rouler et BONNE PISTE ! ! !…